Le Qatar fait pression sur les journalistes.

[La copie totale ou partielle et la capture d'écran de tout ou élément(s) du website ici présent est strictement interdite sans notre autorisation (rendez-vous à la section contact). Merci de respecter le copyright international sous peine de poursuites judiciaires.]

 

A lire aussi « Tariq Ramadan la pauvre petite victime des médias » :  https://wp.me/p9PeI9-4OU

 

Non contents d’avoir leurs chaines de télévision et leurs journaux personnels avec lesquels ils distillent leurs propagandes; le Qatar fait également pression sur les journalistes qu’ils n’ont pas en employés pour les faire taire ou leurs dicter leurs propos.

Sauf que l’argent n’achète pas tout le monde !
Sauf que les pressions n’intimident pas tout le monde !

Certains cèdent d’autres, comme Emmanuel Razavi, résistent ! Ce journaliste témoigne et dénonce publiquement ces faits le 29 avril 2019.

Emmanuel Razavi témoigne publiquement ↓ de ce que presque tout le monde dit et sait en off sur les pressions que subissent les journalistes par le Qatar dès que l’on veut révéler certaines vérités sur ce petit pays et sur ce qui tourne autour comme par exemple Tariq Ramadan, son clan et ses amis.

Emmanuel Razavi, né le à Clamecy (Nièvre), est un reporter, réalisateur de documentaires et auteur de plusieurs livres. Diplômé de Sciences Politiques, il s’est spécialisé sur le Moyen-Orient.

Il a notamment couvert, depuis le début des années 2000, les grands évènements et conflits du Proche et Moyen-Orient : Seconde Intifada en Palestine, révolution du cèdre au Liban, intervention américaine en Afghanistan, guerre de 2006 entre Israël et le Hezbollah, révolution du Nil en Égypte.

Il a vécu en Afghanistan et au Qatar où il a travaillé en tant que journaliste.

Ses documentaires et reportages ont été diffusés sur des chaînes de télévision telles Arte, Planète, France 3, France 24 et M6

Il a aussi collaboré en tant que grand reporter avec Le Spectacle du Monde, Paris Match, Valeurs Actuelles, Le Figaro Magazine.

Il a été nommé au Prix des Correspondants de Guerre en 2004 aux côtés de Jean-Manuel Escarnot et Eric de Lavarene pour un reportage en Afghanistan sur les forces spéciales, publié par le magazine Paris Match et intitulé « Des Français sur la Piste de Ben Laden ».

Il est membre de l’Association des journalistes de Défense (AJD).

[La copie totale ou partielle et la capture d'écran de tout ou élément(s) du website ici présent est strictement interdite sans notre autorisation (rendez-vous à la section contact). Merci de respecter le copyright international sous peine de poursuites judiciaires.]