Tariq Ramadan reconnaît avoir eu une relation avec l’une des plaignantes

[La copie totale ou partielle et la capture d'écran de tout ou élément(s) du website ici présent est strictement interdite sans notre autorisation (rendez-vous à la section contact). Merci de respecter le copyright international sous peine de poursuites judiciaires.]

Tariq Ramadan est-il en train de changer de ligne de défense?

Jusqu’ici l’intellectuel musulman, accusé de viols et agressions sexuelles par cinq femmes (dont deux à l’étranger), avait nié tout viol et même tout acte sexuel avec deux des plaignantes.

Tout juste avait-il reconnu un simple flirt avec celle qu’on appelle Christelle lors d’une confrontation début février car ne pouvant se soustraire aux preuves photos dans le dossier.

Apres que son avocat Maitre Marsigny ait qualifié toutes les plaignantes de menteuses sur le plateau de C à Vous et ait affirmé que Tariq Ramadan niait tout viol et même tout acte sexuel extra conjugal.
Aujourd’hui, ce même avocat réfute tout changement de stratégie dans la défense de son client alors qu’il admet dorénavant, à minima, une relation extra conjugale avec Marie la 3eme plaignante au moment même ou celle-ci remet à la justice une robe tachée de sperme ! Comme par hasard !

«Tariq Ramadan admettrait avoir eu des relations sexuelles avec la troisième femme qui a porté plainte contre lui», glisse ce jeudi dans les colonnes de Libération une source proche de Musulmans de France (ex-UOIF). Comme les deux premières plaignantes avant elle, Marie avait dénoncé des rapports sexuels d’une extrême violence et pratiqués sous la contrainte dans un hôtel à Bruxelles.

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2018/04/19/01016-20180419ARTFIG00242-tariq-ramadan-reconnait-avoir-eu-une-relation-avec-l-une-des-plaignantes.php

[La copie totale ou partielle et la capture d'écran de tout ou élément(s) du website ici présent est strictement interdite sans notre autorisation (rendez-vous à la section contact). Merci de respecter le copyright international sous peine de poursuites judiciaires.]