Tariq Ramadan voulait le silence de la plaignante Suisse. Il est débouté malgré son « acharnement » procédurier en ce sens !

[La copie totale ou partielle et la capture d'écran de tout ou élément(s) du website ici présent est strictement interdite sans notre autorisation (rendez-vous à la section contact). Merci de respecter le copyright international sous peine de poursuites judiciaires.]

En s’acharnant ainsi à vouloir faire taire la plaignante suisse, Tariq Ramadan prouve qu’il est terrifié par les révélations qu’elle pourrait faire !

La Chambre pénale de recours déboute l’islamologue, sous le coup d’une plainte pour viol, en invoquant la liberté d’expression.

Sous le coup d’une plainte en Suisse pour contrainte sexuelle et viol notamment, Tariq Ramadan veut imposer depuis des mois le silence aux avocats de Brigitte*, la plaignante. Selon nos informations, la Chambre pénale de recours (CPR) genevoise vient de débouter l’islamologue pour la énième fois.

Nombreux recours

le silence imposé à la plaignante suisse et à ses avocats mais divulgation illégale de ses initiales et prenom, diffamation, sarcasmes et commérages mensongers sur son dos partout par le clan ramadan, avocat et fans !

En juin 2018, le prévenu s’est plaint au Ministère public des interventions dans la presse du conseil de la plaignante, qui porterait atteinte à la présomption d’innocence. Il a demandé qu’il lui soit ordonné de garder le silence. Le procureur a prié la plaignante de se déterminer sur cette requête. Ce qu’elle a fait. En septembre, le Ministère public, puis en octobre la CPR ont rejeté la demande de Tariq Ramadan, qui a saisi le Tribunal fédéral (TF).

En avril 2019, le TF a constaté que le droit à être entendu de l’intellectuel musulman n’avait pas été respecté. Pour les juges, le Ministère public aurait dû lui transmettre les déterminations de Brigitte. Pour rédiger son recours devant la CPR, l’islamologue devait pouvoir répliquer à son tour aux arguments de la plaignante.

La cause a donc été renvoyée ce printemps à la CPR pour nouvelle décision. Aujourd’hui, la CPR, qui a suivi les recommandations du TF, rend une nouvelle décision et désavoue encore Tariq Ramadan: «Qu’une victime ait choisi de laisser ses avocats s’exprimer publiquement relève de sa liberté d’expression.»

Une convocation à venir

Pour les juges, Tariq Ramadan ne peut exiger «que sa notoriété le mette à l’abri, plus qu’un autre justiciable semblablement mis en cause, d’une divulgation de son identité, même si la plaignante ne laissait pas percer la sienne. La relative fréquence d’échos médiatiques concernant le recourant aux printemps-été 2018 ne saurait s’assimiler à une campagne de dénigrement menée par voie de presse.» De plus, «les médias ont donné la parole à la défense».

En France, l’islamologue a été mis en examen en février 2018 pour deux viols. Il a été libéré sous caution en novembre, après neuf mois de détention provisoire. La procédure instruite à Genève à la suite de la plainte déposée en avril 2018 est au point mort. L’audition de Tariq Ramadan prévue en février 2019 a été reportée. Une convocation dans ce sens devrait lui parvenir ces prochains mois, a fait savoir le Parquet la semaine dernière.

Avocats de la plaignante, Mes Robert Assaël et Alec Reymond saluent la décision de la CPR, qui a tranché le 3 juillet: «Cet arrêt est logique, la règle étant qu’une partie est libre de s’exprimer sur une affaire, sans dénigrement de l’autre partie bien sûr. Dans cette affaire, la victime ne s’est jamais exprimée médiatiquement, préférant réserver ses déclarations au procureur, même s’il tarde à l’entendre. Ses avocats ont fait des déclarations à la presse, mais avec une mesure qui contraste singulièrement avec les interventions répétées des avocats français du prévenu.»

Dernière manche au TF?

Et les pénalistes genevois de revenir sur l’état actuel de leur mandante: «Sur le principe, cette requête est mal vécue par la victime, qui a le sentiment légitime que le prévenu veut la forcer au silence duquel elle a eu le courage de sortir.»

Représentée par Mes Guerric Canonica et Pierre de Preux, la défense de Tariq Ramadan peut à nouveau saisir le TF. Contactés cette semaine, ses avocats se refusent à tout commentaire.

(Source : https://www.tdg.ch/geneve/actu-genevoise/tariq-ramadan-voulait-silence-plaignante/story/19420994 )

[La copie totale ou partielle et la capture d'écran de tout ou élément(s) du website ici présent est strictement interdite sans notre autorisation (rendez-vous à la section contact). Merci de respecter le copyright international sous peine de poursuites judiciaires.]